Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau et milieux aquatiques

Zones humides : de quoi parle-t-on ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 octobre 2018 (modifié le 28 juillet 2020)
Mare en forêt de Fontainebleau (77)

Les zones humides se réfèrent à des milieux naturels diversifiés : mares, tourbières, prairies humides, etc. Leur définition réglementaire est donnée par l’article L.211-1 du code de l’environnement : « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année. »

Ce même article, qui définit les critères d’une « gestion équilibrée de la ressource en eau », mentionne que « la préservation des écosystèmes aquatiques, des sites et des zones humides » est une condition indispensable de cette gestion équilibrée.

En 2008, la réglementation a précisé les critères d’identification et de délimitation des zones humides liés aux types de sols et à la végétation. Il faut ainsi se référer à l’arrêté ministériel du 24 juin 2008 modifié par l’arrêté du 1er octobre 2009 et à l’article R211-108 du code de l’environnement..

Pour en savoir plus :