Éolien

Dans le cadre de l’élaboration du Schéma régional du Climat, de l’Air et de l’Energie (SRCAE) d’Île-de-France, des études préalables ont permis d’approfondir les connaissances sur les principaux enjeux régionaux. Une étude sur la filière éolienne a été menée afin d’identifier le potentiel de développement de cette énergie renouvelable, en tenant compte à la fois du "gisement" de vent, des enjeux environnementaux, paysagers ou patrimoniaux dont la région Île-de-France est riche, ainsi que des contraintes réglementaires. Cette étude est consultable sur le site du SRCAE d’Ile-de-France.

A l’horizon 2020, le SRCAE fixe l’objectif de production d’électricité de source éolienne à 800 GWh (énergie finale) par an, soit la production moyenne d’une puissance installée de 360 MW (facteur de charge de 25%). La puissance actuelle installée en Ile-de-France est 22,9 MW, ce qui représente 6% de l’objectif.

Le potentiel de développement de l’éolien est très hétérogène d’un département à l’autre : le Schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables (S3RENR) du 4 mars 2015 fixe les objectifs de raccordement au réseau électrique des énergies renouvelables et notamment de l’éolien. La page 30 de l’Atlas du S3RENR présente la répartition des potentiels de raccordement.

Parcs existants  

  • Pussay (91)

Le seul parc éolien en service est celui de Pussay (91) avec une puissance installée de 6,9 MW (3 éoliennes) : cette puissance représentant 1,3 % du potentiel régional.

  • Mondreville-Gironville (77)

Ce parc éolien constitué de 8 éoliennes et représentant une puissance totale 16 MW sera mis en exploitation en octobre 2015.

Parcs en projet

  • Arville (77)

Ce parc éolien constitué de 6 éoliennes et représentant une puissance totale de 12 MW a bénéficié d’un arrêté préfectoral autorisation du 29 janvier 2013. Les premiers travaux de construction du parc sont prévus à l’automne 2015.

  • Angerville (91)

Ce parc éolien constitué de 10 éoliennes et représentant une puissance totale de 24 MW a bénéficié d’un arrêté de permis de construire en date du 20 décembre 2011. Les deux porteurs de projet envisagent le démarrage des premiers travaux de construction du parc au début de l’année 2016.

  • Boissy-la-Rivière (91)

Ce parc éolien constitué de 6 éoliennes et représentant une puissance totale de 15 MW a bénéficié d’un arrêté de permis de construire en date du 20 décembre 2011.

Cadre réglementaire

La réglementation sur le site du Ministère.

La mise en place prochaine de la procédure d’autorisation unique à l’ensemble des régions de France et notamment en Île-de-France, sera de nature à inciter les porteurs de projet à déposer des demandes d’autorisation en plus grand nombre, compte tenu de la simplification administrative des procédures environnementales qu’elle engendrera pour les demandeurs. La généralisation de l’expérimentation de l’autorisation unique sera effective trois mois après la promulgation de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Une présentation de l’autorisation unique est disponible sur le site du Ministère.

Le certificat ouvrant droit à l’obligation d’achat (CODOA) n’est pas intégré dans la procédure d’autorisation unique et est donc toujours nécessaire pour les sites dont la puissance installée est inférieure à 30 MW.

Service en charge des CODOA éoliens
DRIEE – Service Nature Paysage et Ressources
10 rue Crillon
75194 Paris cedex 04

Les travaux en cours en Seine-et-Marne

Par ailleurs, l’appropriation sociétale de la filière éolienne constitue la principale condition de son développement. Sur ce point, un groupe de travail sur l’éolien a été mis en place, dans le département de la Seine-et-Marne qui est le département de l’Île-de-France où le potentiel de développement du grand éolien est le plus fort, par le syndicat départemental des énergies de Seine-et-Marne (SDESM). Ce groupe de travail, auquel participe la DRIEE, a pour objectif d’élaborer une charte pour les collectivités (communes, intercommunalités, établissements publics de coopération intercommunale) et les développeurs éoliens. Cette charte permettra d’impliquer les collectivités locales aux projets éoliens, le plus en amont possible de leur développement, afin, d’une part, de prendre en compte les contraintes et les souhaits de la collectivité et de la population et, d’autre part, de garantir que les informations et les outils ont été donnés aux élus pour qu’ils puissent accompagner le projet éolien jusqu’à sa mise en œuvre. De par cette démarche, les collectivités locales auront la possibilité de répondre aux interrogations de la population et des médias ainsi que la capacité de se positionner convenablement sur chaque projet éolien et, le cas échéant, le défendre.