Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
A la Une

Pollution : rouler moins vite, chauffer moins au bois

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 février 2018 (modifié le 23 février 2018)

L’Île-de-France connaît un épisode de pollution aux particules fines (PM 10) qui risque de durer plusieurs jours.

Afin de réduire les émissions de polluants dans l’atmosphère, l’utilisation du chauffage individuel au bois d’appoint et d’agrément est interdit et des mesures de restriction de la circulation sont mises place.

La situation météo

Cet épisode de pollution est principalement lié à l’apport de PM10 par des vents de Nord-Est. Il est également lié à la production de particules fines émises par le chauffage au bois et la circulation automobile. Le tout dans un contexte météorologique défavorable à la dispersion des polluants.
Cette situation peut constituer un risque pour la santé des Franciliens.
Pour les journées d’aujourd’hui et demain, Airparif, association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France, prévoit une concentration en particules fines PM 10 comprise entre 50 et 65 µg/m³, soit un dépassement du seuil d’information et de recommandation fixé à 50 µg/m³.

Afin d’examiner la situation, le préfet de Police, préfet de la Zone de défense et de sécurité de Paris, réunit tous les jours, le comité technique, composé des experts de la pollution (Airparif, Météo France, DRIEE et ARS), puis le comité des élus de la région (Mairie de Paris, Métropole du Grand Paris, Conseil régional, Île-de-France Mobilités et Conseils départementaux).

Des mesures sur la vitesse et le chauffage au bois

Afin de limiter la production locale de polluants, le Préfet de police a mis en place des mesures. Voir la décision : Décision de la Préfecture de police de Paris liée aux épisodes de pollution (format pdf - 1.9 Mo - 22/02/2018)

  • Interdiction de chauffage au bois :

Interdiction de l’utilisation du chauffage au bois d’appoint et d’agrément qui contribue très fortement à la formation de PM10, au même titre que la circulation automobile.
Voir nos conseils pour se chauffer malin sans polluer avec le bois.

  • Réduction de vitesse et contournement poids-lourds  :

Réduction de 20 km/h de la vitesse maximale autorisée sur toutes les portions d’autoroute, voies rapides, routes nationales et départementales d’Île-de-France.
Le trafic routier représente 61 % des émissions de dioxydes d’azote.

Contournement de l’agglomération par la rocade francilienne pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes en transit.

La préfecture de police mettra en place des contrôles destinés à s’assurer du respect des mesures précitées.

Il est également recommandé aux Franciliens de limiter, dans la mesure du possible, les déplacements en voiture et de privilégier les transports en communs ou le co-voiturage.

- Le trafic routier : 1/3 des émissions de particules PM 10 ( échappement, frein…).

- Chauffage au bois : 800 000 ménages franciliens utilisent un équipement de chauffage au bois peu performant générant près de 29 % des émissions de particules, en moyenne annuelle .

Crédit photo : Arnaud Buissou, MTES