Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Actualités

Pollution : les véhicules les plus polluants interdits le mercredi 27 février

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 février 2019

Les niveaux de concentration de particules fines (PM 10) devraient s’intensifier demain 27 février. Aussi pour limiter cette pollution, les pouvoirs publics ( Préfecture de police de Paris, Driee, élus…) ont décidé de mettre en place la circulation différenciée à l’intérieur du périmètre délimité par l’A86.

Les véhicules les plus polluants interdits

Mercredi 27 février de 5h30 à minuit, à l’intérieur du périmètre délimité par l’A86 :

  • seuls les véhicules munis d’une vignette Crit’Air de classe 0 à 3 pourront circuler. Les véhicules non classés, ou classés 5 et 4 sont interdits de circulation.
  • l’obligation de contournement par la Francilienne des véhicules en transit dont le PTAC excède 3,5 tonnes.
A savoir :
les automobilistes qui ne respectent pas cet interdit risquent une amende 135 euros

Pas de feu de bois et vitesse réduite

Les mesures déjà en vigueur ces jours derniers en raison de la pollution déjà présente, sont maintenues :

  • Réduction de la vitesse maximale autorisée : · à 110 km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130 km/h ; · à 90 km/h sur les portions d’autoroutes et de voies rapides normalement limitées à 110 km/h ; · à 70 km/h sur les portions d’autoroutes et de voies rapides normalement limitées à 90 km/h, ainsi que sur les routes nationales et départementales.
  • Interdiction de l’utilisation du chauffage individuel au bois d’appoint ou d’agrément.
  • Suspension des dérogations de brûlage à l’air libre des déchets verts.
  • Pour le secteur industriel certaines installations classées pour la protection de l’environnement font l’objet de prescriptions particulières dans leurs arrêtés d’autorisation en cas de déclenchement de la procédure d’alerte pollution.
En 2015, en Ile-de-France, la pollution atmosphérique a été responsable de plus de 5 000 morts prématurées, plus de 3 millions de journées de travail perdu. L’évaluation économique de l’impact sanitaire de cette pollution en 2015 est évalué à près de 8 milliards d’euros, soit 1 % du PIB francilien.

La pollution chronique

La pollution chronique, celle que l’on respire tous les jours a des conséquences sanitaires beaucoup plus importantes que les pics de pollution. Nous pouvons tous agir à notre échelle en fonction de nos possibilités. Chacun est encouragé à agir quotidiennement pour éviter ces épisodes de pollution en réfléchissant à ses modes de déplacement et à son mode de chauffage.
En savoir plus avec notre rubrique sur la qualité de l’air : http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/agir-ensemble-pour-la-qualite-de-l-air-a3308.html#sommaire_5

Infographie circulation differenciee (format pdf - 823.2 ko - 26/02/2019)