Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau et milieux aquatiques

Les zones humides en Ile-de-France

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 octobre 2018
Zone humide dans le parc naturel régional Haute Vallée de Chevreuse (78)

Un effort de recensement en cours

Les bénéfices apportés par les zones humides rendent leur disparition préoccupante, d’où un effort de nombreux acteurs pour les recenser afin de les protéger voire de les développer :

Vous pouvez retrouver ces inventaires et études dans la rubrique dédiée aux outils. Lors de la construction d’aménagements ou de travaux, les zones humides doivent faire l’objet d’une démarche dite "Eviter-Réduire-Compenser" (ERC). Voir la rubrique dédiée à la réglementation.

La situation en Ile-de-France

En Île-de-France, les enveloppes d’alerte zones humides de la DRIEE permettent d’estimer la présence d’environ :

  • 2 500 km² (250 000 hectares) de zones humides potentielles ;
  • au moins 230 km² (23 000 hectares) de zones humides identifiées et délimitées, auxquelles s’ajoutent celles qui ont été caractérisées plus finement lors des études menées par les SAGE.

Ces milieux humides sont répartis de façon hétérogène sur le territoire : on en trouve de façon marginale à Paris et en proche couronne, alors qu’ils sont beaucoup plus présents en grande couronne. Leur présence est étroitement liée à la densité du réseau hydrographique : les zones humides s’observent en particulier à proximité des cours d’eau, ou en présence de conditions pédologiques favorables comme dans la vallée de la Bassée en Seine-et-Marne. Enfin, certaines formations géologiques comme l’affleurement d’argiles vertes sont propices à des accumulations d’eau localisées, potentielles sources de zones humides.

Enveloppe d’alerte "zones humides" (Driee-2019) - cliquez sur l’image pour accéder à la carte dynamique