Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement durable et évaluation environnementale

Contenu

Le Profil Environnemental Régional d’Île-de-France

partager sur facebook partager sur twitter
2 novembre 2010 (mis à jour le 5 novembre 2010)

Sommaire

  • Qu’est-ce-qu’un profil environnemental régional (PER) ?
  • Un PER d’Île-de-France actualisé
  • Une structure en quatre volets
  • Les utilisations du PER
  • La spécificité de l’Île-de-France au regard des enjeux environnementaux

Qu’est-ce qu’un Profil Environnement Régional (PER) ?

Le profil environnemental régional est une démarche initialement impulsée par le ministère de l’écologie en 1999. Il constitue aujourd’hui le cadre de référence pour la préparation, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques environnementales.

A partir d’un diagnostic sur l’état de l’environnement dans la région, c’est un document qui vise le double objectif d’identification des enjeux environnementaux et de diffusion de la connaissance sur l’environnement. Il définit également les indicateurs les plus pertinents pour mener les évaluations environnementales.

Un PER d’Île-de-France actualisé

La réactualisation du PER Ile de France de 2004 est intervenue dans un triple souci :

  • L’intégration des évolutions les plus récentes des composantes environnementales (état des masses d’eau, situation en regard de la biodiversité, etc.).
  • Mise à jour des enjeux régionaux.
  • Détermination d’un ensemble d’indicateurs reliés aux enjeux formant le socle d’un tableau de bord de suivi et d’évaluation.

L’ensemble des travaux a été coordonné par la DIREN Ile de France avec la participation de l’ensemble de ses services, en collaboration avec d’autres partenaires dont la DRIRE.
Cette version présente des données actualisées pour les différents thèmes traités : prise en compte de la révision du SDAGE… sur les questions de l’eau ; actualisation des inventaires des espaces naturels ou prise en compte de l’évolution de l’urbanisation… pour les questions relatives à la biodiversité et aux paysages ; intégration de l’état d’avancement des PPR… pour les risques naturels et technologiques, etc.
Elle intègre également de nouveaux chapitres sur des thèmes qui n’apparaissaient pas jusque-là, comme par exemple le volet « pollutions et nuisances » travaillé en collaboration avec la DRIRE ; celui de « la promotion du développement durable » (thème transversal, développé à la fois, en termes d’éducation et de culture du Développement Durable, de formation et d’emploi dans les domaines environnementaux, de projets de territoire via les Agendas 21).

Une structure en quatre volets

Les documents se répartissent en 3 volets :

1) Un diagnostic détaillé de l’environnement (déroulé sous la forme état- pressions- réponses), ponctué de documents graphiques et cartographiques et décliné suivant sur les six thèmes suivants :

  • Eau et milieux aquatiques
  • Espaces naturels, biodiversité, Paysages et patrimoine
  • Risques naturels
  • Risques technologiques
  • Pollutions et nuisances
  • Promotion du Développement Durable

2) Une synthèse générale qui, d’une part, reprend les principaux éléments de l’état des lieux environnemental en Ile de France, thème par thème, tout en proposant des renvois paginés au diagnostic ; et, d’autre part, identifie les principaux acteurs référents ,souligne les grands enjeux environnementaux et les indicateurs associés.

3) Un tableau de bord listant, enfin, une cinquantaine d’indicateurs rassemblés par thème et par enjeux. Qu’ils soient par exemple relatifs à l’état de l’environnement, aux volumes d’eau prélevés, au nombre de dispositifs de préservation des espaces naturels ou des paysages ou à la superficie régionale concernée par des mesures de protection diverses…, ces indicateurs pourront être déclinés annuellement, sur la période 2007-2013 et comparés selon leur valeur année après année.

4) Des zooms territoriaux.

Les utilisations du PER

Etat de connaissance à jour de l’environnement, le PER d’Ile de France constitue une base de travail pour :

  • Alimenter les évaluations stratégiques environnementales (ESE), lors de l’élaboration des état initiaux de l’environnement mais aussi lors du travail sur les incidences environnementales de projets ou schémas d’aménagement du territoire…
  • Identifier et prendre en compte, les principaux enjeux l’environnementaux au regard de l’impact potentiel des programmes ou plans d’aménagement
  • Proposer des indicateurs de suivi de l’évolution, à moyen ou long terme, des diverses composantes régionales environnementales, potentiellement impactées par les opérations programmées.

La spécificité de l’Île-de-France au regard des enjeux environnementaux

Région fortement urbanisée (jusqu’à 307 logements/ha en moyenne dans les quartiers historiques de la capitale) et à l’occupation humaine dense (11 millions d’habitants sur 2% du territoire national), l’Ile de France conserve pourtant 80% de son territoire couvert par des espaces naturels et ruraux.

Les interactions sont multiples et complexes entre cette toile de fond verte et un centre urbain économique dont les équipements débordent aujourd’hui largement le département parisien et ceux de la petite couronne. Ceci confère à la région un profil environnemental particulièrement contrasté.

La qualité et la richesse patrimoniales des sites et paysages d’Ile de France liées aux caractéristiques physiques et hydro-morphologiques de la région (relief diversifié , réseau hydrographique au chevelu très développé, principalement lié à l’axe fluvial de la Seine, climat de type tempéré atlantique…) soulèvent des enjeux forts de préservation de l’environnement. Cela dit, de nombreux enjeux découlent plus spécifiquement de trois facteurs liés au développement socio-économique de la région :

  • La densité mais aussi le caractère de plus en plus diffus de l’occupation humaine qui accroît d’une part et éparpille d’autre part les pressions sur les milieux naturels, les paysages et les ressources en accentuant l’impact potentiel des risques naturels et technologiques sur les hommes, les activités et les biens.
  • La fragmentation de plus en plus forte des espaces naturels et agricoles par l’urbanisation et les infrastructures de transport au détriment possible des liaisons écologiques, de la biodiversité, de la qualité des paysages et, plus largement, du cadre de vie.
  • La juxtaposition fréquente, voire l’entremêlement d’espaces naturels et d’espaces artificialisés, qui impose une prise en compte transversale et globale des questions environnementales dans l’aménagement du territoire régional.

Télécharger :

 

Pied de page

Site mis à jour le 18 décembre
Plan du siteMentions légalesCrédits photosContactez-nous  | AuthentificationFlux RSS