Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau et milieux aquatiques

La stabilité des bâtiments peut-elle être menacée si les ouvrages sont mal réalisés ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 25 mars 2019
Ce qu’il faut retenir :
Les fondations des bâtiments sont conçues pour s’appuyer sur un sol susceptible de contenir une certaine quantité d’eau et il n’y a généralement aucun risque à infiltrer l’eau de la toiture à proximité immédiate du bâtiment.
Si l’on souhaite apporter à l’ouvrage d’infiltration des volumes d’eau supplémentaires (produits par exemple par les voiries ou autres bâtiments), il est alors raisonnable de laisser un espace d’au moins trois mètres entre l’ouvrage d’infiltration et la paroi du bâtiment, et d’avoir une surface d’infiltration suffisamment grande.

Pour aller plus loin

L’infiltration de l’eau à proximité d’un immeuble peut entraîner des particules fines et déstabiliser les fondations du bâti, particulièrement dans le cas de sols fragiles. Par ailleurs la présence d’eau dans le sol à proximité des sous-sols de l’immeuble peut être considérée comme une source de nuisance (humidité, infiltration d’eau). De façon objective, elle peut contribuer à faire remonter localement la nappe phréatique et exercer une pression sur l’immeuble.

Ces risques ne peuvent bien sûr pas être tout à fait écartés mais ils doivent être relativisés. En effet, la présence dans le sol, à proximité immédiate d’un bâtiment, d’une quantité d’eau suffisamment importante pour poser de réelles difficultés n’est possible que si trois conditions sont remplies simultanément :

  • un sol peu perméable en profondeur ou une nappe phréatique proche de la surface ralentissant ou interdisant l’infiltration profonde ;
  • un volume important d’eau infiltrée, donc une surface drainée par l’ouvrage importante par rapport à sa propre surface d’infiltration ;
  • une grande proximité entre l’ouvrage et l’immeuble.

Il est donc possible de se protéger facilement contre ces risques en respectant deux règles simples lorsque la première condition est remplie (sol peu perméable en profondeur ou nappe phréatique proche de la surface) :

  • Ne pas installer d’ouvrage d’infiltration à moins de trois mètres de la paroi du bâtiment le plus proche ;
  • Ne pas drainer dans un ouvrage d’infiltration proche d’un bâtiment une surface largement supérieure à la surface de ce bâtiment.

Enfin, il convient de relativiser la part des eaux pluviales dans l’éventuelle augmentation du risque (à comparer avec les fuites des réseaux d’eau potable, d’assainissement, arrosages massifs, etc.).