Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau et milieux aquatiques

La sécheresse en quatre points-clés

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er octobre 2018

1 . Sécheresse ou étiage ?

L’étiage est un phénomène naturel qui correspond au niveau le plus bas atteint par une rivière ou un plan d’eau. Chaque année, le plus souvent en fin d’été dans le bassin Seine-Normandie, les cours d’eau connaissent une période de faibles débits dont l’amplitude est plus ou moins grande selon la quantité de pluie tombée. L’étiage des cours d’eau est donc normal. Les nappes souterraines connaissent elles aussi des fluctuations liées à la variation des apports pluviométriques mais avec un temps de latence de plusieurs semaines, voire plusieurs années. En revanche, si la faiblesse des débits des cours d’eau (parfois jusqu’à l’assec) et du niveau des nappes se généralise et s’accentue, elle devient problématique : on entre en période de sécheresse.
L’effet de la sécheresse n’est pas toujours perceptible sur les grands cours d’eau, car des barrages en amont de Paris maintiennent le niveau nécessaire à la navigation.

2 . Le suivi des débits et des niveaux d’eau

Tout au long de l’année, le suivi de l’ensemble des nappes et des cours d’eau fait l’objet d’un bulletin de situation hydrologique au niveau régional (mensuel) et à l’échelle du bassin Seine – Normandie (tous les deux mois). Ils sont basés sur les mesures :

  • de débits des rivières effectués sur des stations hydrométriques (données de l’unité « hydrométrie » d’Île-de-France) ;
  • le niveau de piézomètres pour les nappes (données BRGM).
    Par ailleurs, pendant la période des basses eaux, la DRIEE Ile-de-France publie tous les quinze jours un bulletin de suivi de l’étiage. Ce suivi permet de contrôler l’état des ressources en eau comparé à des seuils de référence prédéfinis et, si besoin, de prendre les mesures nécessaires de restriction des usages. Les mesures des stations de référence sont alors mises à jour hebdomadairement sur la Banque nationale Hydro.

Pour en savoir plus sur les méthodes de suivi, consultez la rubrique dédiée au suivi des débits et hauteurs dans les cours d’eau.

3 . Quelles actions sont mises en œuvre en période de sécheresse ? 

Anticiper la sécheresse :
Avant une éventuelle crise, tous les acteurs se sont accordés sur les mesures qui seraient à prendre en cas de sécheresse avérée. Ces mesures sont détaillées dans les arrêtés-cadres départementaux (ou interdépartemental pour Paris – proche couronne). Ces arrêtés cadres définissent, par zone d’alerte, des seuils de débits (rivières) ou de niveau (nappes), à partir desquels des mesures de restrictions des usages de l’eau sont prises, ainsi que la nature de ces mesures.

Une cohérence globale entre les mesures départementales est assurée via l’arrêté-cadre de bassin signé par le Préfet coordonnateur du bassin Seine – Normandie. L’arrêté cadre du bassin en vigueur date du 13 avril 2015 pour les cours d’eau et nappes alluviales d’accompagnement, téléchargeable en ligne sur le site de la DRIEE : http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2015_04_13_Arretecadre_secheresse_Bassin_2015103-0014.pdf

En période de sécheresse :
Chaque département publie un arrêté préfectoral de limitation des usages de l’eau dès lors qu’il est nécessaire de réduire les prélèvements au vu des niveaux des nappes ou des débits des cours d’eau. L’objectif est de garantir les usages prioritaires de l’eau (en particulier l’alimentation en eau potable) tout en assurant la préservation des milieux aquatiques (débit « biologique » qui assure la survie de la faune et de la flore).

Ces arrêtés sont publiés sur le site internet : www.propluvia.fr
Pour plus d’informations, consultez l’article dédié au dispositif de crise

4 . En Île-de-France, trouver l’information