Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Développement durable et évaluation environnementale

L’économie sociale et solidaire pour lutter contre la précarité énergétique : synthèse et retours sur l’atelier du 21 novembre 2017

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 novembre 2017 (modifié le 23 novembre 2017)

L’économie sociale et solidaire pour lutter contre la précarité énergétique

De nombreux ménages sont en situation de précarité énergétique en France mais également en Île-de-France.
Les causes sont multiples, elles viennent parfois des mauvaises performances thermiques des logements, d’autres fois de la vétusté des équipements de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire. Selon l’enquête logement de l’INSEE, on comptait en 2013 environ 452.600 ménages franciliens soit 8,8 % de l’ensemble des ménages exposés à une dépense énergétique excédant 10 % de leurs revenus.
Les collectivités territoriales sont donc amenées à se saisir de ce sujet, et des solutions existent pour lutter contre la précarité énergétique. Notamment, les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) constituent des partenaires sur lesquels les collectivités peuvent s’appuyer pour mener des actions.

La DRIEE et l’Agence Régionale de l’Environnement et des Nouvelles Energies (ARENE/IAU) ont souhaité mettre en valeur des démarches réussies de lutte contre la précarité énergétique mobilisant des acteurs de l’ESS.

Rendez-vous était donné le mardi 21 novembre 2017 en Mairie d’Arcueil (94).

Sur place, nombreux et riches ont été les échanges autour de l’expérimentation de la Ville d’Arcueil avec l’association La Bouilloire pour lutter contre la précarité énergétique.
La mobilisation et la sélection des ménages a particulièrement intéressé les participants (collectivités, institutions, associations et habitants).

Au cours d’une opération de ce type, les étapes clés sont : la sélection, la mobilisation, l’accompagnement et le suivi des ménages et une sensibilisation large.

SoliNergy (programme MAGE) et la Ville d’Arcueil sont intervenus sur les aspects financiers de l’opération.

Lors de cette rencontre, un certain nombre de points et de facteurs de réussite sont ressortis :

  • L’importance de l’identification des acteurs locaux,
  • La dimension à la fois "ESS" et "EEDD" du pilote,
  • La prise en compte de la nature transversale de la thématique "Précarité",
  • La formation spécifique des agents de la ville sur la précarité.

Il a été constaté que la précarité énergétique fonctionne au cas pas cas et que pour une bonne efficacité, aucun ménage ne peut être accompagné d’une manière totalement identique.

Tous nos remerciements à la Ville d’Arcueil, aux intervenants (La Bouilloire, SoliNergy, le service Action sociale d’Arcueil) ainsi qu’aux participants.

A LIRE (plaquette) : Précarité énergétique, retour d’expérience de la ville d’Arcueil avec l’association La Bouilloire