Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Risques et nuisances
 

Gouvernance

L’étendue et l’importance socio-économique du TRI de l’agglomération francilienne ont nécessité la mise en place d’une gouvernance spécifique.
 
 

Configuration

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 janvier 2014 (modifié le 21 juillet 2017)

Le TRI de la métropole francilienne s’étend sur les huits départements d’Île-de-France et comprend des enjeux d’ampleur européenne.

Du fait de cette spécificité, il n’était pas possible de trouver une collectivité locale susceptible d’animer en propre la stratégie locale à construire autour de cette TRI. Il était néanmoins nécessaire de mettre en place une gouvernance qui permette une homégénéité de l’action, tout en respectant le principe de subsidiarité.

Au niveau de l’État même, les compétences sont partagées entre le Préfet de la Région d’Île-de-France, en ce qui concerne les politiques de prévention au niveau régional, et le Préfet de Police de Paris, préfet de la zone de défense de Paris, en ce qui concerne les politiques de protection et de gestion de crise au niveau zonal.

C’est donc un copilotage de la stratégie locale par les deux préfets qui est mis en place, la représentation des collectivités étant assurée à l’échelle de trois comités territoriaux constitués sur des bassins de risque cohérents :

Enjeux

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 janvier 2014 (modifié le 14 janvier 2014)

Sur ce territoire particulier, l’enjeu est de mobiliser l’ensemble des leviers et des acteurs compétents : amélioration de la connaissance du risque, prévision des inondations, démarches de prévention et de réduction de la vulnérabilité, préparation à la gestion de crise, facilitation du retour à la normale et information préventive des populations et des décideurs.

Il s’agit donc d’abord d’insérer la stratégie locale dans les travaux menés par le Secrétariat Général de la Zone de Défense et de Sécurité de Paris (SGZDS) pour l’amélioration de la connaissance des conséquences d’une crue majeure grâce à la constitution de quinze groupes de travail, qui, déjà, ont permis d’en réduire les effets.

Elle doit aussi s’appuyer sur les actions menées dans le domaine de la prévention du risque, par la DRIEE, et qui ont permis d’améliorer la connaissance des phénomènes, leur prévision opérationnelle et d’engager la réduction de la vulnérabilité des territoires par une meilleure prise en compte de cet enjeu.

Enfin, la stratégie locale doit tenir compte de l’ensemble des actions de gestion des risques conduites par les collectivités et leurs groupements, qui complètent et s’articulent avec celles menées par l’État par la mobilisation de leurs compétences propres. Elle permettra ainsi de renforcer les interfaces avec les acteurs économiques, dont la mobilisation et l’autonomisation sont cruciales pour garantir une action cohérente et efficace de tous les acteurs responsables de la gestion du risque inondation.

De cette façon, la stratégie locale de gestion du risque à construire selon la Directive inondation, et la stratégie opérationnelle de gestion de crise inondation à consolider, s’enrichiront mutuellement à travers un travail collaboratif associant l’Etat, les collectivités locales, le monde économique et le milieu associatif.