Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
A la Une
 

Qualité de l’air : Etat, région et grandes collectivités élaborent une feuille de route

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 janvier 2018

Pourquoi il faut agir

La pollution atmosphérique a des conséquences sanitaires et économiques considérables pour la société. En 2015, en Ile-de-France, la pollution atmosphérique a été responsable de plus de 5 000 morts prématurées, de plus de 3 millions de journées de travail perdues. La pollution en 2015 aurait coûté près de 8 milliards d’euros, soit 1 % du PIB francilien.

Conscients de ces enjeux sanitaires, les grandes collectivités de la zone sensible pour la qualité de l’air ont répondu aux invitations de Valérie Pécresse, Présidente de la région Ile-de-France et cheffe de fil pour la qualité de l’air, et du Préfet de région.

Chauffage au bois et trafic routier : deux axes majeurs

Le 17 janvier 2018, l’Etat, la région et ces collectivités ont partagé la même volonté d’agir ensemble en faveur de la qualité de l’air, en coordonnant leurs actions. Ces actions cibleront notamment :

  • les émissions liées au chauffage au bois (29 % des émissions de particules fines PM10) ;
  • les émissions liées au trafic routier (61 % des émissions d’oxydes d’azote).

Cet engagement constituera la feuille de route de la qualité de l’air de la région voulue par le Ministre de la transition écologique et solidaire en réponse à l’injonction du Conseil d’Etat.
Elle complétera les plans et actions en cours du niveau national et du niveau régional tels que le Plan de Protection de l’Atmosphère bientôt approuvé, les plans climat air énergie des collectivités, le plan « Changeons d’Air en Ile-de-France » du Conseil régional ou encore le plan de déplacements urbains d’Ile-de-France.
Cette feuille de route régionale sera validée lors d’une prochaine réunion prévue en mars 2018.

En savoir plus sur le site de la DRIEE dédié à la qualité de l’air : https://www.maqualitedelair-idf.fr/

Crue 1910 : la préfecture d’Ile-de-France a son repère

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 décembre 2017 (modifié le 12 décembre 2017)

En cas de crue équivalente à celle de 1910, la préfecture de Région aurait les pieds dans l’eau. C’est ce qu’indiquent une petite bande bleue et un petit logo, tout juste apposés sur les murs de la préfecture de Région, à Paris dans le 15e arrondissement.

Destiné à intriguer tous les visiteurs et les fonctionnaires qui entrent dans ce bâtiment situé à quelques centaines de mètres de la Seine – invisible à cet endroit-, ce repère de crue indique à quelle hauteur la Seine serait montée lors d’une crue équivalente à celle de 1910.
Un moyen simple pour sensibiliser au risque inondation et entretenir la mémoire des crues de la Seine.
Le repère de crue a été posé le 29 novembre dernier par les équipes de la DRIEE. Il s’agit d’une action initiée à l’occasion du "Grand prix de la culture du risque d’inondation" organisé au début de l’été par la délégation de bassin Seine Normandie en lien avec la PRIF.

Une information pour entretenir la mémoire du risque
Ce repère matérialise la hauteur d’eau en cas d’une crue centennale de la Seine, c’est-à-dire une crue qui a une chance sur 100 ans de se produire chaque année, comme celle de 1910. La préfecture de région est en effet en zone inondable pour cette crue, comme de nombreux autres édifices publics de Paris.
Il rappelle la possibilité de la survenue d’une crue équivalente et permet d’imaginer les conséquences au niveau local d’un telle hauteur d’eau.
Il complète l’information sur la mémoire des inondations, avec les repères de crues historiques déjà présents dans Paris.

En savoir plus :

Prévention des inondations : comment trouver les financements

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 14 décembre 2017 (modifié le 15 décembre 2017)

Pour aider les collectivités engagées dans la prévention des inondations à financer leurs projets, la délégation de bassin Seine-Normandie met à disposition des acteurs une plaquette récapitulant les principaux financements : Le financement de la prévention des inondations (format pdf - 894.2 ko - 14/12/2017) .

Trois points à retenir :

  • un programme clé : le programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) est l’outil contractuel privilégié du ministère chargé de l’écologie pour accompagner la prévention des inondations. Il aide les maîtres d’ouvrage à identifier les différents co-financeurs potentiels ;
  • trois financeurs majeurs : l’État, l’Agence de l’eau Seine-Normandie et l’Europe ;
  • outre les travaux, les aides peuvent financer des actions visant à réduire la vulnérabilité des territoires, des actions de sensibilisation… Elles peuvent également concerner l’animation de la prévention des inondations.

L’intégration de la prévention des inondations avec d’autres politiques, en particulier l’adaptation au changement climatique, la préservation des zones humides ou des milieux aquatiques, permet des financements croisés. Ainsi, il est possible qu’une action puisse bénéficier à la fois d’aides au titre de la prévention des inondations mais aussi de la protection de l’environnement.

Retrouvez cette plaquette sur le site de la DRIEE, dans la rubrique PAPI qui présente l’ensemble du dispositif, notamment le nouveau cahier des charges PAPI 3.

PRSE3 - Acteurs en santé environnement : recensez-vous

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 décembre 2017 (modifié le 11 janvier 2018)

Suite à l’approbation du troisième Plan Régional Santé Environnement (PRSE), l’ARS et la DRIEE lancent conjointement un premier recensement des acteurs et actions en santé environnement. Ce recensement doit permettre aux équipes du PRSE3 de mieux connaître les dynamiques locales afin de travailler avec les acteurs locaux à la réduction des inégalités environnementales de santé.

Qui peut y répondre ?
L’ensemble des acteurs franciliens menant des actions dans le domaine santé environnement (associations, collectivités territoriales, professionnels de santé, entreprises, universitaires, étudiants…)

Les objectifs :

  • apporter plus de visibilité et de lisibilité sur le maillage territorial existant
  • améliorer notre connaissance de la diversité des acteurs franciliens
  • mieux cibler le soutien à la mise en œuvre d’actions concrètes dans les territoires
  • constituer un réseau d’acteurs riche et dynamique autour du PRSE3.

Comment se recenser ?
Via un questionnaire en ligne disponible à l’adresse : http://ars.net-survey.eu/SurveyManager/surveys/arsif/RecensActeurSE_R3/ethnos.asp, du 15 décembre 2017 au 31 janvier 2018. (Temps estimé à 7min).

Appel à projets "Mon projet pour la planète"

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 janvier 2018

Afin d’associer directement les Français aux actions sur le climat, Nicolas Hulot a annoncé lors du lancement du Plan climat, le 6 juillet 2017, un projet de budgets participatifs. A travers Mon projet pour la planète, les citoyens sont invités à proposer des projets dans les domaines de l’énergie, de l’économie circulaire et de la biodiversité.

Toutes les informations sur : https://www.monprojetpourlaplanete.gouv.fr